Accueil / Ville nature / Protéger la planète / Régie des eaux

envoyerimprimer

Les différentes facettes de l'eau

Tremblay-en-France dispose d'un réseau séparatif qui permet de recueillir d'une part les eaux usées, d'autre part les eaux de pluie. Les inondations ont lieu lorsque cette séparation se fait mal, parce que le diamètre des canalisations réservées aux eaux de pluie est trop petit, ou parce que chez les particuliers, faute d'un raccordement efficace, la pluie recueillie se déverse dans le collecteur des eaux usées.

En améliorant tant son réseau d'assainissement des eaux usées que la récupération des eaux pluviales, la ville poursuit deux objectifs

    •    Limiter les risques d'inondations qui provoquent régulièrement des dégâts dans les sous-sols et les garages des pavillons.
    •    Améliorer la qualité de notre environnement, en particulier la qualité des eaux que nous rejetons dans les rivières.

La  ville, pour lutter contre ces deux causes principales d'inondations, agit dans deux directions.

    •    Elle renforce et rénove les collecteurs d.eau de pluie.
    •    Elle met en place des aides, en particulier financières, qui permettent aux habitants d'équiper leurs pavillons de raccordements séparés efficaces.

L'eau et ses canalisations

1. La distribution de l’eau potable :

La Régie communale de distribution d’eau :

Il s’agit d’un service municipal exploité en régie directe. Sa mission est d’assurer la distribution d’eau sur les quartiers des Cottages, du Bois-Saint-Denis et du Vieux Pays (4 150 abonnés, soit environ 500 000 m3 d’eau distribuée par an.). La production est assurée par un forage situé chemin des Pommiers, le long de l’A104, qui pompe l’eau à 100 m de profondeur dans la couche géologique du sparnacien. Une autre partie de la production (le Vieux Pays en particulier) est fournie par l’achat d’eau en gros sur le réseau du Syndicat.

C’est un service public de l’eau « de proximité ». En effet, la Régie des Eaux produit par le forage son eau, la stocke en château d’eau, la distribue, la facture aux abonnés et encaisse l’eau consommée. Elle reçoit les abonnés pour tous problèmes de nouveaux branchements, abonnements, fuites, autres….

Le Syndicat pour l’Alimentation en Eau Potable de Tremblay / Claye-Souilly :

Sa mission est de distribuer l’eau potable dans un ensemble de 8 communes (Villepinte, Tremblay, Claye-Souilly, Mitry, Compans, Annet-sur-Marne, Fresne-sur-Marne et Jablines) regroupées au sein du syndicat intercommunal présidé par Raphaël Vahé. La production d’eau est assurée par l’usine d’Annet-sur-Marne, à partir d’eau pompée dans la Marne. Au total, le SIAEP achète pour ses abonnés sur les 8 communes 3 200 000 m3 d’eau potable dont 1 100 000 m3 sont distribués sur les quartiers du Centre- Ville et du Vert Galant de Tremblay-en-France.

2. La récupération des eaux usées :

Les eaux usées sont les eaux domestiques ou ménagères (eau des douches, des machines à laver, des WC) ; elles sont récupérées par des canalisations de petit diamètre (15 à 20 cm), leur débit étant régulier et connu. Le service de l’assainissement des eaux usées se trouve sous la responsabilité du maire mais certaines de ses compétences ont été déléguées. Aussi, la ville s’occupe strictement du transport de l’eau usée jusqu’au réseau départemental. Le Conseil Général a donc une partie de la délégation. Le réseau départemental lui-même se déverse dans un réseau interdépartemental qui transporte et traite les eaux usées dans des stations d’épuration. Les eaux usées de Tremblay-en-France sont traitées à la station d’épuration d’Achères dans le Val d’Oise avant d’être rejetées propres dans la Seine. Le coût du traitement des eaux usées est compris dans le prix de l’eau (redevance d’assainissement), selon le principe pollueur / payeur : chaque usager paie ainsi le coût de traitement de l’eau qu’il utilise.

3. La récupération des eaux de pluie :

Les eaux pluviales qui coulent des toitures peuvent être collectées par les particuliers eux-mêmes dans des citernes par exemple. Sinon elles sont récupérées, comme les eaux qui ruissellent sur les voiries, dans le réseau public, à partir des " gargouilles ", canalisations qui collectent les eaux de pluie du pavillon ou de l’immeuble vers les caniveaux. Aujourd’hui, la plupart des rues disposent d’un réseau spécifique de récupération des eaux de pluie.

En savoir plus sur la mise en conformité des branchements d'assainissement (lien)

Ou va la pluie ?

Tremblay-en-france est en limite des bassins de la Marne et de la Seine. L’eau de pluie d’une grande partie de la ville retrouve la Seine par le Sausset, le Canal de l’Ourcq ou d’autres émissaires départementaux. Une partie du Bois-Saint-Denis (à l’est de la rue Kalifat) est située sur le bassin de la Marne. L’eau de pluie rejoint donc la Marne en passant par la Réneuse. Polluée au contact des chaussées sur lesquelles elle ruisselle, la pluie recueillie aurait souvent besoin de subir un minimum de traitement (décantage, déshuilage ) avant d’être rejetée dans les rivières.

Contact

Téléchargez

Formulaires de prélèvements automatiques pour vos factures d'eau.
Mensuel (format PDF)
Semestriel (format PDF)

Formulaire de changement de propriétaire.
Formulaire (format pdf)