Accueil / Ville monde / Patrimoine / La ferme monastique

envoyerimprimer

La ferme monastique

Au fil des siècles, de multiples transformations ont modifié le lieu qui offre aujourd’hui un panorama éclectique de l’architecture de la fin de l’époque médiévale jusqu’à l’époque contemporaine.

La ferme monastique vue du ciel
La ferme monastique vue du ciel © Mairie de Tremblay-en-France

Au cœur du village, l’ancienne ferme monastique jouxte la place de l’Église et renferme un des témoignages les plus remarquables du Vieux Pays : la Grange aux Dîmes

En savoir plus sur la grange aux Dîmes

On entre dans la ferme par un passage charretier. L’implantation disparate des bâtiments referme l’espace de la cour, en partie pavée, où s’élève sur un des côtés la Grange aux Dîmes. Contrastant avec l’ensemble, la maison de maître est une villa cossue dans le style des années 1930. Sa construction, dans l’axe de l’entrée charretière, a entraîné la partition des anciens bâtiments d’exploitation qui ne formaient initialement qu’un seul corps. Ceux-ci, remaniés à la fin du XIXe siècle ont pour l’essentiel conservé leur aspect traditionnel.

De part et d’autre du passage charretier on trouve un petit corps de logis traditionnel probablement un ancien logement d’ouvriers agricoles et un bâtiment d’habitation doublement orienté sur la cour de la ferme et sur la place. Sur la cour, le bâti traditionnel, flanqué en 1910 d’une avancée avec un toit en pointe a pris l’aspect des pavillons en vogue à cette époque. C’était l’ancienne maison de maître. Sa façade, en enduit rocaillé, est ornée d’un beau décor en briques agrémenté d’émaux.

Sur la place, deux maisons contiguës offrent une façade traditionnelle. Le puits approvisionnait autrefois les maîtres et leurs nombreux serviteurs, valets de ferme, charretiers, bouviers, batteurs en grange. La margelle de forme circulaire est en moellons. L’abreuvoir lui est accolé. Taillé dans un seul bloc de pierre, il se situait initialement au milieu de la cour. Aujourd’hui, il a troqué sa fonction utilitaire pour celle, décorative, de jardinière.