Accueil / Actualités / Accompagner les entreprises et l’emploi

envoyerimprimer
mis en ligne le 5 avril 2017

Accompagner les entreprises et l’emploi

Chantier Paris Asia
Sur la zone Aérolians-Paris, Paris Asia Business Center ouvrira ses portes à la rentrée prochaine avec près de 400 comptoirs commerciaux d'import-export. © Guillaume Clément - Mairie de Tremblay-en-France

Du parc d’affaires d’Aérolians à la Boutique club emploi, la ville favorise la venue des entreprises et soutient la création d’emplois. Dans un contexte économique diffi cile, l’enjeu est de faciliter l’accès des habitants au marché local du travail.

Plus besoin de courir un hypermarché en urgence pour acheter son dentifrice. Rue de la Mairie, une supérette ouvrira ses portes mi-avril dans le local aménagé à l’initiative de la municipalité. Très attendue des 2 700 habitants du Vieux-Pays, cette petite surface alimentaire constitue un service de proximité.

Aux antipodes, Aéroport de Paris (ADP) vient d’installer mi-mars son siège social à Roissypole Ouest, sur la commune. Ce nouveau bâtiment accompagne l’arrivée de 350 salariés, d’un 2e bâtiment abritant la Maison de l’environnement, et d’un 3e immeuble de bureaux proposés à la location. Et autant d’activités induites. « Un million de passagers en plus, c’est environ 1 500 emplois directs créés et 4 000 emplois induits, note Cendrine Le Bouffant, directrice générale adjointe aux Projets structurants. Plus le fret et le transport de passagers augmentent, plus il y a de retombées. » L’arrivée d’ADP confi rme la santé du secteur aéroportuaire.

Dynamisme aéroportuaire

« L’emploi à Tremblay, c’est d’abord le secteur privé, souligne Olivier Guyon, adjoint au maire chargé du développement économique. Le rôle de la municipalité, c’est de favoriser l’installation et le développement des entreprises pour soutenir la création d’emplois. D’autre part, la ville offre un accompagnement individuel aux demandeurs d’emploi via la Boutique club emploi. Elle organise également des manifestations comme le Forum jobs d’été pour les jeunes ou les recrutements réservés aux femmes, aux seniors, aux nondiplômés... »

Bref, la question de l’emploi est indissociable du développement économique. C’est pourquoi la municipalité cherche à valoriser les avantages spécifiques du territoire. Voire à doter la ville d’atouts supplémentaires. La zone Aérolians a donc été conçue comme un moteur à diversifier l’économie locale. Le parc d’affaires profite d’une situation privilégiée, complémentaire du secteur aéroportuaire, dispose d’infrastructures capables d’accueillir des entreprises variées et de catalyser sur place des activités en synergie avec l’aéroport... Tout pour maintenir et générer des emplois au bénéfice des Tremblaysiennes et des Tremblaysiens.

Colisée à l’horizon

L’entreprise de transport TNT vient d’ouvrir une plateforme logistique de 20 000 m2 au nord d’Aérolians. L’opération menée par la société Barjane, à l’initiative de Grand Paris Aménagement, annonce l’arrivée des sociétés Packdis et HDM, fin 2017. En septembre prochain, Barjane démarre la construction de la plateforme technologique d’une grande entreprise qui ouvrira ses portes à l’été 2018. Pour son directeur du développement Julien Mongoin : « D’autres enseignes industrielles et logistiques nous rejoindront en 2018 et 2019 .».

À la rentrée 2017, avec la livraison du Paris Asia Business Center, commencera également l’installation de près de 400 comptoirs de commerce de gros, de producteurs et d’exportateurs européens et internationaux. Fin 2019, une clinique, deux hôtels et sept restaurants vont s’installer dans le parc d’affaires. Mieux : Aérolians intègre le projet du Colisée, une aréna de 10 000 places dédiée aux compétitions sportives et aux spectacles, dont l’ouverture est prévue fin 2020.

Desservi par la future ligne 17 du métro automatique, le Colisée terminera de transformer ce quartier d’affaires en quartier de vie. Et de stimuler l’activité sur place. « C’est un formidable outil pour valoriser le territoire, se félicite Olivier Guyon. Aérolians représente un vivier de 10 000 à 12 000 emplois à terme. » Soit un nouveau quartier avec de nombreux services et une plus grande variété d’activités et d’emplois.

Installé à Tremblay, le nouveau siège d'Aéroport de Paris a été inauguré, le 20 mars 2017, par le président de la République en présence du maire François Asensi.
Installé à Tremblay, le nouveau siège d'Aéroport de Paris a été inauguré, le 20 mars 2017, par le président de la République en présence du maire François Asensi. © Mairie de Tremblay-en-France

Synergies et diversité

L’inauguration durant l’année 2016 des hôtels Pullman et Ibis Style rappelle la singularité économique de Tremblay. Pourtant trop peu de Tremblaysiens travaillent directement sur la plateforme aéroportuaire, notamment parce que les personnes les moins diplômées rencontrent le plus de difficultés pour accéder à un emploi stable. La ville cherche donc à implanter des activités complémentaires au secteur aéroportuaire, à créer des synergies.

« Tremblay raisonne à présent à la hauteur du Grand Roissy et d’un bassin d’emploi de 650 000 personnes », indique Cendrine Le Bouffant. Pour Laurent Berteau, directeur du service économique : « Les entreprises ont besoin d’une vision stable et très large de leur environnement, de son développement, de pouvoir se projeter loin dans le temps. »

Dans cette logique, la ville adapte la zone d’activité des Petits-Ponts pour proposer des parcours d’installation dès la petite entreprise, et accompagner la croissance sur le territoire.

Un quartier beau et agréable

Tremblay tire parti de l’espace économique des aéroports de Roissy et du Bourget. Mais à l’image d’Aérolians et du Colisée, l’action de la municipalité en matière d’emploi reste liée à l'aménagement urbain. « L’emploi n’est pas une question isolée, insiste Olivier Guyon. Nous ne voulons pas d’une zone d’activité posée en plein champs. Nous voulons créer un véritable quartier de ville, un lieu de vie complet, beau et agréable. Nous voulons tisser des liens entre les questions de diversité, de formation, de logement, de transport et d’emploi. »

Objectif : changer la vision qu’ont les entreprises – et les habitants – de leur territoire. « Nombre de sociétés installées dans la partie tremblaysienne de la zone aéroportuaire déposent pourtant leur siège social dans le Val d’Oise, déplore l’élu. Nous travaillons à les sensibiliser sur ce sujet comme sur le recrutement. »


Auteur : Emmanuel Andréani