Accueil / Actualité

envoyerimprimer
mis en ligne le 04 mai 2017

Un enjeu majeur

Bien que la sécurité des personnes et des biens relève de la responsabilité de l’État, Tremblay s’est volontairement dotée d’une stratégie territoriale de sécurité et de prévention de la délinquance. Objectif : apporter plus de tranquillité à ses habitants.

Tranquillité publique

© Mairie de Tremblay-en-France

En avril 2017, grâce à la coopération étroite entre la police nationale et la police municipale, quatre personnes étaient interpellées et déférées au parquet de Bobigny pour des faits de dégradation volontaire et de mise en danger d’autrui.

Elles sont en effet accusées d’avoir, en février 2017, incendié l’entrée du poste de la police municipale, alors que du personnel était présent à l’intérieur. À Tremblay, selon les chiffres fournis par la préfecture, l’essentiel des délits commis porte sur les atteintes aux biens et aux personnes.

Au-delà des chiffres

Mais la question de la tranquillité publique ne se résume pas aux statistiques des services de police. Dans ce domaine, le ressenti doit être pris en compte. « Au regard des chiffres communiqués par l’État, Tremblay n’est pas la commune la plus touchée par les faits d’insécurité, tient à souligner Patrick Martin, adjoint au maire chargé de la sécurité.

La ville a connu des actes criminels graves comme l’incendie du Dojo Ngninteng et les violences aux abords du lycée Hélène Boucher. Le sentiment d’insécurité est plus lié à des comportements d’incivilités répétés, au trafic de stupéfiants et aux regroupements dans certains halls qui pèsent sur le quotidien des habitants.

D’une manière générale, un grand nombre de collectivités locales sont confrontées à ces problèmes. Toutes sont inquiètes de la baisse du nombre des fonctionnaires d’État. Moins de fonctionnaires dans la police nationale et la justice, c’est moins d’actions concrètes localement pour améliorer la tranquillité publique et la sécurité. »

Et même si la sécurité relève de la responsabilité de l’État, à travers les services de police et de gendarmerie, la commune intervient avec les acteurs locaux pour faire face à l’évolution de la délinquance.

D’abord, par la mise en place de moyens et de dispositifs particuliers ou ciblés : création en 2008 et renfort de policiers municipaux, vidéoprotection, contrat local de sécurité, convention de coordination police municipale (PM) et police nationale, opération tranquillité vacances, médiation…

Chaque année, la ville prend également des arrêtés municipaux contre par exemple les déchets et encombrants, animaux dangereux, barbecues sur la voie publique, feux d’artifices et pétards, ventes à la sauvette…

Une police de proximité

Aujourd’hui, ils sont 11 policiers municipaux et 8 Agents de surveillance de la voie publique (ASVP) à patrouiller dans les rues de la ville, appuyés par 180 caméras de vidéoprotection déployées sur toute la commune.

En partenariat étroit avec la police nationale, ces agents sont placés sous l’autorité du maire et garants du bon ordre, de la tranquillité et de la sécurité de la population avec laquelle ils sont en lien constant.

Considérée comme la troisième force de police du territoire, la police municipale est avant tout une police de proximité. « Depuis janvier 2017, une Brigade de protection de l’environnement est venue renforcer le service pour traquer les incivilités qui touchent au cadre vie, au stationnement et sensibiliser la population et les commerçants locaux afin de maintenir la ville propre et accueillante », précise le responsable de la PM, Thierry Leroux.

Coopération et échange d’informations

Pour répondre plus efficacement aux problèmes de sécurité identifiés sur le territoire, la ville s’est aussi dotée d’un Contrat local de sécurité en 2013. « Ce contrat instaure un partenariat entre la Ville, les représentants de l’État et de la Justice, les organismes publics et privés, l’Éducation nationale, les bailleurs sociaux, ou encore les transporteurs et commerçants, détaille Carole Langlois, coordinatrice du Contrat local de sécurité et de prévention de la délinquance et responsable du service Prévention. Cette coopération favorise l’échange d’informations et définit les actions prioritaires pour lutter contre l’insécurité et prévenir la délinquance sur le territoire communal. »

Prévenir la délinquance

La volonté de la ville est de mettre en oeuvre tous les moyens nécessaires pour garantir la sécurité et la tranquillité des habitants. « Mais, c’est la coordination de l’action des forces de l’ordre et des outils de prévention qui font progresser la sécurité publique », explique Thierry Leroux.

C’est pourquoi la ville investit également sur des actions en faveur de l’insertion professionnelle, de prévention sur la sécurité routière, la récidive, le civisme et la citoyenneté, le décrochage en milieu scolaire, ou encore le soutien à la parentalité et les violences faites aux femmes. Et constate l’importance d’une approche globale dans le domaine de la prévention.

Auteur : Pierre Grivot

Retour vers Actualités

La ville consulte pour sa médecine

La municipalité vient d’engager un « diagnostic territorial de santé et d’animation du territoire »....

Benjamin Braux

"Je regarde vers le haut"

Nouvel entraîneur du TFHB, l’ex-technicien de Massy, Benjamin Braux se montre ambitieux au moment de...

Pots de miel tremblaysiens

Gagnez un pot de miel de Tremblay

Du 22 juin au 9 juillet 2017, la ville de Tremblay propose 30 pots de miel à gagner.

Classes de découvertes à Voivres

Nouvelles des classes de découverte de Madame Taguia, école élémentaire J.Ferry, du 12 au 16 juin 20...

Classes de découvertes à Epineau-les-Voves

Nouvelles des classes de découverte de Mesdames Adam, école élémentaire E.Varlin, et Bart, école élé...

Réunion sur le parc urbain

Le parc dévoile en partie son nouveau visage

Jeudi 1er juin, le hall d’accueil de l’Hôtel de ville accueillait la réunion de restitution des trav...