Accueil / Actualité

envoyerimprimer
mis en ligne le 06 janvier 2016

Quand Tremblay forme des championnes

Le club de boxe française est devenu l’un des fleurons sportifs de la ville. Il compte dans ses rangs deux jeunes championnes de France et du monde. Portraits.

Océane Gil, sur les traces de son ainée Blandine Jouard.

Océane Gil, sur les traces de son ainée Blandine Jouard. © Mairie de Tremblay-en-France

L’une est blonde, l’autre brune. Elles portent toutes les deux un chignon. Leur entraîneur, Prodan Milosevic, leur couperait bien les cheveux, ce serait plus pratique. Mais elles y tiennent à cette longueur : ce n’est pas parce que l’on est championne de boxe française qu’il faut abandonner tout trait de féminité.

Blandine Jouard, 27 ans, a remporté plusieurs fois le titre national. En 2014, elle fut sacrée championne du monde, lors d’une finale en Chine. Blandine a commencé l’assaut à l’âge de 7 ans à Aulnay-Sous-Bois. Son père l’avait emmenée voir des combats et ses parents estimaient qu’elle devait se défouler.

« J’ai essayé, je suis restée », se souvient-elle. Dix ans plus tard, Blandine a rejoint le club de Tremblay-en-France parce que Prodan Milosevic est « une pointure » pour travailler la puissance nécessaire au combat. Elle est passée d’un entraînement de deux fois par semaine à un rythme soutenu, jusqu’à cinq séances hebdomadaires.

Pour savoir frapper jusqu’au K.O., il faut courir, faire de la musculation, travailler avec les gants. Elle y est parvenue brillamment, tout en poursuivant ses études d’infirmière. Blandine est aujourd’hui salariée dans un hôpital à Marne-la-Vallée, où les gens ont les yeux écarquillés quand ils apprennent qu’elle est aussi championne de boxe.

Elle vit en couple et reconnaît que ce n’est pas toujours facile de partager son quotidien avec une femme qui suit un rythme d’hygiène sportive. « À haut niveau, on ne pense qu’à la boxe, la vie personnelle passe après. Il faut faire attention à son alimentation, à ne pas trop sortir, à dormir suffisamment », explique-t-elle. Cette année, elle a donc décidé de prendre sa retraite : « je passe le flambeau à Océane ! ».

La relève

Océane Gil a été sacrée championne de France et du monde (en Bulgarie) en 2015. Une prouesse. La jeune lycéenne, au sourire rayonnant, a commencé l’assaut plus tardivement, à 11 ans.

Pourquoi la boxe ? « Au début, c’était pour apprendre à me défendre », livre-t-elle. Puis Océane s’est prise au jeu : « j’ai adoré, ça me défoulait .» Elle s’entraîne trois fois par semaine à Tremblay et une fois à Rouvre, dans le 77.

Habitant à Lagny-le-Sec dans l’Oise, elle est en classe de première à Senlis. Océane avoue ne pas trop aimer l’école… C’est pour la boxe qu’elle se passionne, prête à manger « moins de cochonneries et plus équilibré » pour ne pas dépasser les 48 kilos qu’elle pèse pour ses 1m54.

En trois ans, le travail réalisé est impressionnant. L’entraîneur lui-même n’en revient pas d’un palmarès aussi haut en si peu de temps : « sur le ring, Océane se transforme, ses performances sont exceptionnelles ». La boxe française a du mal à se développer dans notre pays alors que les Français sont forts dans la discipline.

Blandine veut croire que cela changera si la France obtient les J.O. et qu’elle y intègre enfin la boxe. En attendant, les filles sont de plus en plus nombreuses à s’y intéresser. Les stéréotypes ont la vie dure, mais des digues tombent. Les filles sont encore minoritaires dans ce sport mais Blandine et Océane s’y sentent très à l’aise.

C’est un public mixte que Blandine entraîne aujourd’hui dans une salle à Aulnay-Sous-Bois. Elle raconte la grande différence des équipements : « si je compare la salle et le matériel avec Tremblay, il n’y a pas photo ! ». Est-ce l’une des raisons de la réussite croissante du club de Tremblay ? Sans aucun doute.

Ce qui joue, c’est également la qualité de l’entraîneur. La complicité des deux championnes avec lui est l’une des clés de leur réussite. Prodan Milosevic est décrit par Blandine et Océane comme une perle, très pro et attentionné.

Pour finir, ce qui manquera à Blandine en arrêtant le haut niveau, c’est l’adrénaline. C’est ça un tempérament de championne…

Auteur : Cécile Laffin

Retour vers Actualités

Tout le monde n'est pas né avec le numérique ! Les ateliers de la médiathèque permettent d'apprendre les bases.

Le numérique apprivoisé

Depuis la rentrée, la médiathèque Boris Vian propose des ateliers numériques pour apprendre à se ser...

Visuel Che

Tremblay commémore les 50 ans de la mort de Che Guevara

Expo, spectacle et film font revivre cette véritable icône des mouvements révolutionnaires

Capture déclaration Irma

Ouragan Irma

Tremblay solidaire avec les Antilles françaises.

Perspective de la nouvelle gare du parc des expositions sur la ligne 17, conçue comme un lieu de vie et de services (esquisse du projet). @ Visuels : Société du Grand Paris - Dietmar Feichtinger Architectes

La ligne 17 sur les rails

Partie intégrante du Grand Paris Express, le tronçon nord du futur métro automatique passera par le ...

Des adultes handicapés du foyer les bruyères montent à cheval une fois par semaine au parc d'équitation du Château bleu.

Un parc bien en selle

Au Vieux-Pays, le parc d’équitation intercommunal du Château bleu est un équipement qu’on ne trouve ...

L'équipe fanion du TFHB pour la saison 2017/2018

Le TFHB veut redorer son blason !

De retour en Starligue après une année de purgatoire en Proligue, le TFHB s’est préparé assidûment p...