Accueil / Actualité

mis en ligne le 07 avril 2008

Luigi Magri, le nouveau Monsieur cinéma de Jacques-Tati

Luigi Magri, 39 ans, en provenance de la très belle salle l’Apollo à Châteauroux, assure dès ce mois d’avril la succession d’Emmanuel Papillon aux commandes des trois écrans tremblaysiens.

Luigi Magri, nouveau directeur du cinéma Jacques-Tati, était présent pour l'ouverture de Terra di Cinema, quelques jours avant sa prise de fonction. © Mairie de Tremblay-en-France

Concordance des temps et de rimes toutes transalpines, Luigi Magri aura débarqué en «Terra di cinema» pour l’ouverture du grand rendez-vous consacré au nouveau cinéma italien… Un nouveau directeur pour Jacques- Tati, d’origine italienne de surcroît, qui se retrouvait là pour une première prise de contact avec sa future équipe.

Derrière de fines lunettes, on peut lui trouver une certaine ressemblance avec un Serge Reggiani à cet âge-là, une prestance et une première impression d’ensemble qui pouvait laisser présupposer une forme de réserve, voire de laconisme. Il n’en est rien ! Luigi Magri est un passionné, abonné depuis l’adolescence au cinéma de minuit, en VO sur F3, et donne dans la verve dès qu’on lui tend le micro…

Entré dans le cinéma par hasard, il se souvient de sa première claque cinématographique lorsqu’il découvre l’oeuvre de John Cassavetes : « Ma tasse de thé, c’est le cinéma américain : Clint Eastwood, John Ford. J’aime beaucoup Alain Resnais aussi. » Intarissable, il faudrait l’arrêter Luigi ! Un temps professeur d’italien, il deviendra ensuite directeur de cinéma en province…

Ah, bienheureux les cinéphiles Castelroussins - on les appelle comme ça les quelque 40 000 habitants de Châteauroux - qui ont, avec la très belle salle à écran unique de l’Apollo, goûté à une programmation pointue, aux antipodes d’un cinéma de consommation courante : « Le contexte local est radicalement différent de ce que l’on connaît à Tremblay. Nous avons en effet un concurrent direct qui dispose de 8 écrans… à 200 mètres de l’Apollo ! C’est David contre Goliath et pour le coup, on ne fait pas contre : on propose autre chose », relate le successeur d’Emmanuel Papillon.

Ecran d’une scène nationale, l’Apollo est une charmante bâtisse datant des années 20, classée Art et Essai évidemment, mais surtout 3 labels, comme le cinéma Jacques-Tati. Entendre là tout de même qu’il n’y a que 40 salles en France à pouvoir afficher une telle classification : elle atteste en premier lieu d’actions entreprises auprès du jeune public, sur le patrimoine en second lieu, et enfin sur la recherche et la découverte.

Pour remplir les 328 places de l’Apollo, son équipe ne ménage pas ses efforts : « On a fait 80 personnes pour un film russe… ce qui n’est pas mal en soi, mais cela sur dix séances ! C’est sûr que l’on se sent parfois un peu seul dans la salle, mais quand c’est plein… c’est extraordinaire. De sorte qu’on se démène pour faire venir des réalisateurs, organiser des week-ends d’analyse filmique accessible à tous. Et ça marche. »

Luigi Magri a entrepris depuis 4 ans un véritable travail d’orfèvre, de dentelle, qui consiste aussi à faire venir les plus frileux des spectateurs. Sur ce terrain, il évoque la mise en place de Passeurs d’images, soit une série d’actions qui se déclinent sous la forme d’ateliers de programmation : « On fait venir des mamans des quartiers avec leurs enfants pour des rendez-vous réguliers. Ils choisissent les films après avoir vu plein de courts-métrages. C’est une démarche qui fonctionne bien. »

Le nouveau directeur de Tati est également à l’origine de Retours vers le futur, un festival unique en France, consacré au cinéma d’archives et dont la deuxième édition venait juste de se terminer au moment où débutait Terra di Cinema à Tremblay : « C’est un festival qui découle de Passeurs d’images et d’actions menées en direction de personnes âgées avec la découverte, à 30 km de Châteauroux, d’archives régionales qui collectent sur toute la région des films amateurs pour les restaurer et numériser : une vraie mine, très variée avec des films de vacances, d’entreprises… l’idée, à partir de cette matière, c’était d’interroger la notion de film amateur. »

Et la mayonnaise a pris puisque, durant les 6 jours de manifestation, 1 800 spectateurs se sont pressés à l’Apollo pour y voir des documents inédits sur des thématiques très diverses. Ainsi de ces images de mai 68 qu’on ne voit jamais : « On a réussi à se procurer des bobines qui montrent la vie de l’entreprise à cette période. Le tout étant centré sur la province et les ouvriers… Il y a des documents sans son, ce qui permet de commenter l’image dans le temps de la projection : des professionnels, le public, prennent la parole in situ… »

Limité par une salle mono écran, Luigi Magri entend à présent se confronter à une nouvelle donne à Tremblay, et à toutes les possibilités qu’offre Tati : « J’ai toujours vécu en province, se rapprocher de la capitale est une expérience nouvelle. Ce qui aura été déterminant dans le choix de venir à Tremblay, c’est l’existence d’une manifestation comme Terra di cinema. Je prendrai le temps de faire connaissance avec le public. »


Retour vers Actualités

Pierre Rio explique la construction et le fonctionnement du bain romain.

Le Vieux-Pays sens dessus dessous

Réalisées sur la zone Aérolians, les fouilles archéologiques préventives montrent que Tremblay possè...

Le 11 Farge a disparu

La démolition de la tour du 11, rue Yves Farge marque une nouvelle phase du programme de rénovation...

Dans les écoles qui accueillent un centre de loisirs tout l’été (comme ici à Jaurès et Desnos), les ATSEM et les agents d’entretien se sont occupés chaque matin de son nettoyage, en plus des classes de l’école.

Nettoyage estival

Comme chaque été, les ATSEM et les agents de la ville ont accompli un travail de fourmi pour que les...

Une nouvelle piste pour l’emploi

Export, logistique, hi-tech, services aux entreprises… Le futur parc d’activités Aérolians-Paris s’i...

Séjours vacances

Accédez aux blogs des séjours

Photophore

Co-organisé par Les Réseaux de la création, le Graffiti Research Lab (fr) et l’Espace Jean-Roger Cau...

http://www.tremblay-en-france.fr/fr/actualite/article/luigi-magri-le-nouveau-m.html?no_cache=1&cHash=591768add2a2abe86d74d743dcc2ba58