Accueil / Actualité

envoyerimprimer
mis en ligne le 05 février 2016

Les filles s'accrochent en nationale 1A

Fin 2015, l’équipe féminine du Tennis Club Tremblaysien est parvenue à se maintenir dans la deuxième plus haute division de tennis en France.

C'était la deuxième participation de l'équipe féminine à ce niveau de compétition.

C'était la deuxième participation de l'équipe féminine à ce niveau de compétition. © Mairie de Tremblay-en-France

Parvenir à se maintenir dans l’antichambre de l’excellence, plutôt pas mal non ? Que l’on juge : 12 équipes se répartissent en 2 poules de 6 en Nationale 1A ; chacune se rencontre soit à domicile, soit à l’extérieur.

À l’issue de ces cinq rencontres donc, un classement est établi : la première équipe de la poule monte en première division, la dernière descend en Nationale 1B !

Dans ce contexte, les filles du Tennis Club Tremblaysien (TCT) se sont coltinées des compétitrices de Cormontreuil (région de Reims), du Stade Toulousain, du prestigieux Villa Primrose de Bordeaux, de La Roche-sur-Yon pour finir avec la fine fleur niçoise.

« Ce n’était que notre deuxième participation à ce niveau de compétition et l’objectif, c’était de s’y maintenir ! L’idée consiste à comprendre, étape par étape, les rouages de la division, à prendre acte du niveau réel des clubs, indique Xavier Lucas, le directeur sportif du TCT. Par exemple, ça n’a l’air de rien, mais il faut aussi intégrer la présence de ramasseurs de balle ainsi qu’une logistique d’arbitrage bien plus conséquente. Après, il y a ce qui relève de l’extra-sportif comme le fait d’accueillir l’équipe adverse dans les conditions requises. »
Car avec la plus belle équipe du monde, si la logistique ne suivait pas, il serait impossible de se maintenir dans une division telle que la Nationale 1A…

Malgré les absences

Elles l’ont fait, les joueuses du TCT, et dans des conditions plus difficiles que la saison précédente. Ainsi, elles auront dû se passer des talents d’Irena Pavlovic, argument principal du TCT, laquelle a dû mettre un terme à sa carrière sportive pour des raisons de santé…

De même pour la numéro 2 du club, la bulgare Elitsa Kostova, écartée de fait depuis l’an dernier (pour non-adhésion à l’état d’esprit de l’équipe). Il a fallu aussi se passer des services de l’écossaise Nicola Slater – spécialiste du double ! – cette dernière venant de s’engager dans un univers professionnel nouveau… Une gageure !

« Nous pouvions heureusement compter sur des joueuses qui continuent à progresser. À l’image de Sara Cakarevic, Solène Guyomard et Camille Cheli », se réjouit-on au club. Sara Cakarevic peut se targuer d’avoir rendu une belle copie puisqu’elle se hisse désormais à la 48e place des joueuses françaises. La jeune femme a constitué un atout non négligeable dans la bataille.

L’équipe peut aussi compter sur Solène et Camille. La doyenne du circuit, l’allemande Kathrin Woerle dotée d’un joli revers à deux mains apporte également beaucoup à l’ensemble. On n’oublie pas la jeunesse dans ce tableau : Selena Janicicewic née en 2002 fait déjà partie des meilleures joueuses classées 0, et Ana Stefanovič (la fille de Rastko, le handballeur) a disputé de belles parties en championnat. La transition d’une génération de joueuses à l’autre semble assurée.

Auteur : Éric Guignet

Retour vers Actualités

Classes de découverte au Fontenil

Nouvelles des classes de Messieurs Pernin, école Marie Curie et Monsieur Labessière, école Victor Hu...

Classes de découverte au Fontenil

Nouvelles des classes de Madame Duvivier, école Langevin/Rosenber et Monsieur Zurcher, école Politze...

Les 5 et 10 km de Tremblay

Dimanche 26 mars 2017, tous les fondus de course à pied pourront s'adonner aux traditionnels 800 m, ...

Visuel bois

Au bois, pour fêter le printemps

Le 19 mars, les Tremblaysiens sont invités au parc urbain pour une nouvelle édition du « Bois est à ...

Parvis du Colisée @ Eiffage

Le Colisée se dévoile

Lors du dernier Conseil municipal, la future Arena a été présentée aux élus et aux responsables du m...

Les agents et leur véhicule dédié.

« Conseiller, informer et verbaliser si nécessaire »

Depuis mi-janvier 2017, une brigade de l’environnement traque les incivilités. Objectif : garder une...