Accueil / Actualité

envoyerimprimer
mis en ligne le 05 avril 2017

Le pôle féminin ne perd pas le Nord

Des U19 jusqu’aux seniors, le basket féminin a gagné ses galons au TAC. Et l’équipe première affiche ses performances au plus haut niveau du championnat régional.

L'équipe première du TAC Basket

L'équipe première face à Suresnes. © Antoine Bréard - Mairie de Tremblay-en-France

Petite chambrée ce vendredi soir-là sous les paniers du complexe sportif Jean Guimier. Les basketteuses du TAC avaient beau être à l’avant-veille d’un déplacement en championnat, les rangs étaient bien clairsemés. Cependant, chaque absente avait un billet d’excuse valable : études, travail, maternité, blessure… Mais même décimées par les forfaits, pas question de se tourner les pouces. Au programme, de quoi suer sous la raquette avec une petite opposition tonique destinée à souder les titulaires rescapées, les remplaçantes et les convoquées de la dernière heure.

« Nous avons l’habitude de jongler avec ce genre d’aléas », commente avec philosophie Ahmed Tenni, l’entraîneur. Le bon côté, c’est que le réservoir du club prouve une nouvelle fois sa capacité d’aligner des compétitrices opérationnelles au plus haut niveau du championnat régional, le pré-national. Et même de réussir la meilleure saison de son histoire.

Une équipe par catégorie jeunes

Si le basket à Tremblay demeure un bastion masculin avec les garçons en Nationale 2, le pôle féminin a fait sa place sous le soleil jaune et bleu. Celle-ci est sportive mais également structurelle. On le doit à la volonté des dirigeants, voici plusieurs années, d’avoir initié un rééquilibrage de la pratique du basket entre les deux sexes.

Ahmed Tenni, le responsable du pôle, a su mettre en place les bons outils qui classent aujourd’hui la section féminine parmi les toutes meilleures de la Seine-Saint-Denis, sur le plan des performances comme sur celui du nombre de licenciées. « Nous accueillons environ une soixantaine de filles, des U9 jusqu’aux seniors, ce qui est déjà une belle satisfaction compte tenu de notre manque d’attractivité par rapport aux clubs parisiens », explique-t-il.

Grâce à un recrutement à 99% local et des campagnes régulières de sensibilisation dans les écoles, les associations, ainsi qu’une participation aux évènements de la ville, le pôle génère un engouement réel auprès du public féminin. Au point que le pôle s’enorgueillit, à juste titre, d’aligner une équipe dans chaque catégorie en jeunes, un quasi exploit. « Un travail de terrain, le bouche à oreille et notre réseau basket suscite un véritable intérêt des filles », confirme l’entraîneur.

Un état d’esprit

Au club, personne n’ignore le rôle que joue l’ancien basketteur du TAC dans cette dynamique, depuis qu’il a été bombardé à la manoeuvre il y a huit ans. C’est la date de création de l’équipe première. Elle a gravi un par un tous les échelons et compte toujours, en son sein, quelques-unes de ses pionnières. D’autres, telle Christelle Arcens, ont lâché la compétition, mais pour mieux intégrer le staff technique, passer des diplômes et entraîner les U13.

« Du baby basket jusqu’aux seniors, il y a une cohérence dans la formation, et les plus jeunes ne sont pas déstabilisées lorsqu’elles sont appelées à évoluer avec de plus grandes », assure-t-elle. « La formation c’est le pilier du pôle. Elle permet de compenser la modestie de nos moyens et d’insuffler un état d’esprit qui explique l’implication de joueuses dans l’encadrement et la longévité d’autres au club », reprend l’entraîneur.

Mais la fierté du coach, c’est également de voir s’épanouir au haut niveau des filles qui ont réussi leurs premiers paniers à Tremblay. Amandine Toi, internationale tricolore de 16 ans et Assitan Koné qui joue en ligue 2 à Arras, en sont deux exemples magistraux. Et d’autres suivront.

Auteur : Frédéric Lombard

Retour vers Actualités

Tout le monde n'est pas né avec le numérique ! Les ateliers de la médiathèque permettent d'apprendre les bases.

Le numérique apprivoisé

Depuis la rentrée, la médiathèque Boris Vian propose des ateliers numériques pour apprendre à se ser...

Visuel Che

Tremblay commémore les 50 ans de la mort de Che Guevara

Expo, spectacle et film font revivre cette véritable icône des mouvements révolutionnaires

Capture déclaration Irma

Ouragan Irma

Tremblay solidaire avec les Antilles françaises.

Perspective de la nouvelle gare du parc des expositions sur la ligne 17, conçue comme un lieu de vie et de services (esquisse du projet). @ Visuels : Société du Grand Paris - Dietmar Feichtinger Architectes

La ligne 17 sur les rails

Partie intégrante du Grand Paris Express, le tronçon nord du futur métro automatique passera par le ...

Des adultes handicapés du foyer les bruyères montent à cheval une fois par semaine au parc d'équitation du Château bleu.

Un parc bien en selle

Au Vieux-Pays, le parc d’équitation intercommunal du Château bleu est un équipement qu’on ne trouve ...

L'équipe fanion du TFHB pour la saison 2017/2018

Le TFHB veut redorer son blason !

De retour en Starligue après une année de purgatoire en Proligue, le TFHB s’est préparé assidûment p...