Accueil / Actualité

envoyerimprimer
mis en ligne le 27 avril 2012

Danses et poèmes pour célébrer la liberté

À l’occasion de la journée nationale de commémoration de l’abolition de l’esclavage, le 10 mai 2012, la ville a décidé de faire la part belle aux danses et aux arts qui ont accompagné les esclaves dans leur lutte contre l’asservissement.

Visuel abolition esclavage

Les Tremblaysiens sont invités à découvrir des danses et des arts qui ont joué un rôle moteur dans le combat des esclaves pour s’affranchir. Le jeudi 10 mai au gymnase Toussaint-Louverture, le gwoka (Guadeloupe), le maloya (La Réunion) et la capoeira (Brésil) seront à l’honneur à l’occasion de la journée internationale pour l’abolition de l’esclavage.

Les membres de l’association tremblaysienne de l’Union des travailleurs réunionnais et des z’alentours présenteront le maloya, un des deux genres musicaux majeurs de l’île de la Réunion avec le séga. La troupe K’Sonné fera une démonstration de gwoka, premier genre musical et première danse de Guadeloupe. L’instructeur Deitado du groupe Capoeira Brasil Paris, accompagnés de capoeiristes viendra présenter cet art inventé par les esclaves qui préparaient leur libération en camouflant leur entraînement sous l’apparence d’une danse.

Ces démonstrations seront entrecoupées d’extraits de poèmes lus par le comédien Jean-Michel Martial, qui donnera vie aux mots d’Aimé Césaire, d’Axel Gauvin, de Marise Condé et de Léon-Gontran Damas.

Lexique

Le gwoka

Le gwoka est la première musique et danse de la Guadeloupe. Il est principalement joué avec des tambours appelés « Ka ». Il existe 7 rythmes de base du gwoka, chacun permettant de multiples variations. Le gwoka est né pendant la période esclavagiste, quand les esclaves venus d’Afrique n’avait pas tous la même langue mais avaient en commun la musique.

Aujourd’hui, il est souvent joué au moment de rassemblements populaires. Le gwoka n’est pas seulement une musique, il rassemble le chant, la danse, les jeux, les blagues et une manière de vivre qui prennent leur origine dans l’histoire des ancêtres africains.

Le maloya

Héritier des chants des esclaves, le maloya est une forme de musique, de chant et une danse propre à l’île de la Réunion. Il a été créé par les esclaves d’origine malgache et africaine dans les plantations sucrières et les chants mélangent mots malgaches et africains accompagnés d’onomatopées destinées à appeler les esprits. L’instrument principal est un gros tambour nommé roulèr.

À la fin des années 1950, le maloya est prohibé par l’administration coloniale, il sera clandestin et se perdra peu à peu, avant de renaître au milieu des années 1970. Le maloya est classé au patrimoine immatériel de l’Unesco depuis 2009.

La capoeira

La capoeira est née probablement dès le XVIe siècle, au Brésil dans le port de Salvador da Bahia, par lequel arrivaient les négriers. Elle est à la fois une danse, une lutte, une philosophie, un jeu et un folklore. Interdite jusqu’à la fin des années 1930, la capoeira est aujourd’hui le deuxième sport national brésilien après le football.

Au centre d’une ronde, formée par les capoeiristes, deux d’entre eux s’affrontent sur le rythme du berimbau, l’instrument de musique principal et des chants qui disent la condition des esclaves. Il existe deux formes de capoeira. La capoeira originelle, dite « angola » et la moderne, née dans les années 1930, dite « regional ».


Retour vers Actualités

Accès au blog Fraternité

Tremblay Fraternité 1914 – 2014

Si le blues m'était conté

Si le blues m'était conté

Quel est le point commun entre le rap, la funk ou le rock’n’roll ? Un genre musical né dans les cham...

TAC basket

Tremblay à l'assaut des playoffs

Comme la saison dernière, les basketteurs du TAC ont les moyens de s'arrimer aux phases finales à la...

D'art d'art à l'espace Lousie-Michel !

Du lundi au samedi, le centre social décline 10 ateliers de pratiques artistiques accessibles à tous...

Atelier de Slam

À l'école du slam

La maîtrise de la parole et l’éloquence sont des exercices ardus. Des élèves des écoles Cotton et Mo...

Carte électorale

Inscriptions sur les listes électorales

Les Tremblaysiens ont jusqu’au 31 décembre pour s’inscrire en mairie. Et pouvoir ainsi voter à l’occ...